top of page

Comment aider son enfant à s'endormir?

Il fait la java dans son lit, il rigole.. bref, il ne veut pas dormir. Vous êtes fatigué et demain, il y a école... Il faut que cela cesse "Maintenant, tu dors!"




Les projections et les besoins des parents

Tout comme la nourriture, le sommeil est un sujet délicat. Vous savez à quel point le manque de repos peut impacter sur l'humeur de votre enfant: moins de sommeil = plus de risque de cris, de crises... Il est, donc, tout à fait normal de s'inquiéter lorsque votre enfant ne dort pas suffisamment à votre goût.

Vous pouvez avoir peur qu'il soit fatigué le lendemain, qu'il ait du mal à se réveiller, des difficultés à l'école, des crises de rage... Et puis, on ne va pas se mentir. Entre mamans, on est capable de se comprendre. Le soir, après la journée, les multiples tâches et sursollicitassions "Maman", on a juste envie de raccrocher le tablier et de s'écrouler dans le canapé en profitant du calme, d'une bonne tisane e d'une série.


Faites confiance à votre enfant

Dormir, se nourrir, boire... sont des besoins de base.

Petit, le nourrisson sait exprimer quand il a envie de dormir. Il arrive même que certains enfants s'endorment par terre, ou encore sur la chaise haute. Les enfants dorment quand ils en ressentent le besoin.

Très tôt ils vous font savoir que la situation qui consiste à s'endormir seuls n'est pas gérable pour eux. Ils ne peuvent pas s'endormir s'ils ne se sentent pas en sécurité et s'ils n'ont pas sommeil. Catherine Dumonteil Kremer - Pour une nouvelle autorité sans punition ni fessée

Se coucher à 20h30 parce que le lendemain il y a école, ne correspond peut-être pas au rythme de votre enfant. Il aura, donc, du mal à s'endormir.

Faites confiance à votre enfant, il sait reconnaître ses signes de fatigue et écouter son corps, pour ainsi se connecter à ses propres sensations.


Quand mes enfants s'endorment plus tard, il est vrai que je m'inquiète pour eux, j'ai peur qu'ils soient fatigués durant leur journée d'école, je stresse également à l'idée d'avoir un réveil difficile et que la journée commence dans une énergie négative.

Cependant, il s'agit là de MES peurs. De leur côté, mes enfants sont confiants, ils me confirment qu'ils ne sont pas fatigués, qu'ils ont encore besoin de jouer, de lire..

Alors je leur exprime mes inquiétudes "Je suis inquiète car j'ai besoin que tu dormes suffisamment pour être en forme demain à l'école. Cependant je te fais confiance et je te laisse la possibilité d'éteindre quand tu en sentiras le besoin." Parfois mon plus jeune de 8 ans, éteint à 22h00. Est ce tard? Est normal pour son âge? Je ne sais pas, mais ce que je sais c'est qu'il se connaît et écoute son corps.


Un sommeil qui évolue

Le sommeil des enfants évolue et n'est pas figé pour toute la vie.

Entre 2 et 3 ans, l'endormissement peut commencer à se décaler, suite à un décalage du rythme circadien du sommeil. La mélatonine, hormone de sommeil est secrétée vers 22h. Cela peut expliquer pourquoi votre enfant se couche plus tard, ou bien que la routine qui fonctionnait jusqu'à maintenant ne marche plus... Il ne peut pas se coucher à l'heure où vous aviez l'habitude car il ne ressent pas les signes de sommeil.


Durant l'adolescence, il y aussi des bouleversements du cycle du sommeil. Les hormones du sommeil sont sécrétées plus tard encore, vers 23h, c'est pourquoi nos ados n'arrivent pas à s'endormir tôt. Et malheureusement le rythme scolaire n'est pas adapté à eux et à leur développement. Ils vont rattraper leur dette en faisant des siestes et en se levant plus tard le week-end.


Favoriser l'endormissement

Forcer son enfant à s'endormir est, à mon sens, impossible, cependant nous pouvons l'accompagner et l'aider à se mettre dans des conditions de sommeil.


Relâchement et sécrétion de mélatonine

Rester calme

Si votre voix est douce et apaisante, cela rassurera votre enfant qui ne tardera pas à devenir aussi calme que vous. Pensez à bien respirer pour calmer votre pression intérieur.


Baisser la lumière

Pour aider le corps à sécréter de la mélatonine. Dans ce sens, je vous recommande d'éviter tout écran une heure avant le coucher.

La synchronisation

Pourra aider la détente de votre enfant: il s'agit de se caler à sa respiration pour créer un rythme commun.

Je me suis servie de cette technique pour calmer mes bébés lorsqu'ils pleuraient. Penser que le calme vaincra toujours l'agitation est trop simple. Lorsque nous sommes en colère, rien ne nous attise plus que la sérénité de notre interlocuteur. Alors, accélérer sa respiration pour rejoindre celle de l'enfant et se calmer ensemble petit à petit évite d'essayer de raisonner un bébé bien trop occupé à pleurer pour vous écouter. Florence Servan Schreiber - Power Patate

Faire un moment de relaxation

Vous pouvez vous aider des contes guidées à lire, sous forme de CD, de la boite à ou bien des boites à histoire pour la méditation, ou encore les inventer


Ma formation de yoga pour les enfants m'a fait découvrir des relaxations nidra que j'adore faire avec mes enfants, et qu'ils me réclament régulièrement. Laissez vous aller à votre créativité pour guider ce moment de relaxation, le but étant de détendre l'enfant avec féerie. Vous pouvez vous accompagné d'une musique. Lentement, avec une voix douce, invitez votre enfant à rentrer dans la forêt magique:


"Imagine que tu es dans une forêt magique, et il y a une fée qui réalise tous les rêves, quand elle va te toucher, tu t'endormiras profondément.... Endors-toi (tout en touchant doucement l'enfant) Tu es dans cette forêt, tu peux penser à une personne que tu aimes très très fort (vous pouvez donner des idées à l'enfant), et avec cette personne que tu aimes très très fort, tu imagines que tu fais quelque chose que tu ne peux habituellement pas faire... (laissez le temps à l'enfant) Cela te donne le sourire, beaucoup de plaisir, beaucoup de bonheur en toi..."

Laissez l'enfant respirer profondément, rêver, imaginer...

Dénouer les tensions et inviter le corps au repos

Malgré tout cela, il n'arrive pas s'endormir. Peut-être à t'il quelque chose qui le bloque au niveau émotionnel. Prenez le temps de l'écouter, d'être près de lui, le laisser parler, décharger ce dont il a besoin...


Créer du lien

Peut-être séparé de vous toute la journée après une journée à la crèche ou bien à l'école, il a besoin d'être en contact avec vous. Pour cela je vous recommande le massage des pattes d'ours (ou pattes de chat)


Dénouer les tensions du corps

Une suggestion qui peut faire peur à de nombreux parents mais qui fonctionne pour nous à chaque fois que je l'utilise: mettre le corps en mouvement. Et non, ça ne va pas exciter votre enfant. Au contraire, il va libérer toutes les tensions de son corps, qui ensuite acceptera plus facilement l'immobilité: danse, bataille de polochons, bagarre... Amusez-vous


Petit conseil: n'arrêtez pas d'un coup. Essayez plutôt de diminuer l'intensité du mouvement. Par exemple, une danse pourra être sur une musique techno, pour finir sur une musique douce.


Autres conseils

Lui raconter une histoire dans son lit

Il s'agit de lire l'histoire dans le lit et ne plus en sortir. Brossage des dents et pipi doivent être fait avant. De même lu ailleurs, vous perdez toutes les vertus apaisantes de l'histoire, car votre enfant va remettre son corps en action.

Le fait que votre enfant soit blotti contre vous pour écouter l'histoire libère de l'ocytocine dans son cerveau et favorise le sommeil. Par ailleurs, l'attention dont il fait preuve active ses lobes frontaux, qui inhibent naturellement les pulsions motrices, comme l'envie de sauter sur le lit, par exemple. L’atmosphère doit être apaisante pour contribuer à faire baisser le taux de substances excitantes.


Surveiller ce qu'il mange avant le coucher

Il faut éviter l'apport de protéines deux heures avant avant le coucher, car elles activent la sécrétion de dopamine (stimulant cérébral). Le chocolat est également à proscrire puisqu'il contient de la caféine.


Privilégier les aliments à base d'hydrates de carbone (banane) qui favorisent la sécrétion de sérotonine, propice à l'assoupissement.


S'allonger prés de lui le temps qu'il s'endorme

Si on adopte cette stratégie, il est formellement interdit de parler. Il faut faire semblant de dormir et se concentrer sur sa propre respiration : plus on est calme, plus cela l'apaise.


Le contact peau à peau régule le système neurovégétatif de l'enfant, et renforce le lien parent-enfant.

Du point de vue hormonal, la proximité physique active la sécrétion d'opioïdes et d'ocytocine, favorables à l'endormissement.


Parfois votre enfant va arriver à s'endormir seul et d'autres moments il aura besoin de vous. Il peut aussi y avoir des moments de régression.: un besoin de réassurance pour mieux grandir en confiance.



Pour résumer, je vous invite à vous déconnecter de l'heure et vous reconnecter à votre enfant en toute confiance. Si votre enfant a vraiment du mal à s'endormir, à relâcher son corps en confiance... je vous recommande vivement de consulter un thérapeute (Kinésio, micro-kiné, hypnothérapeute...) peut-être qu'il a des angoisses de type angoisse de séparations ou blessure d'abandon.











Posts récents

Voir tout

Comments


Laetitita.Initiation062.jpg

J'aide les mères (dépassées) à retrouver de la légèreté dans leur quotidien et de la confiance dans leur rôle de maman. 
Libérée de l'épuisement, de la culpabilité et de la perfection, elles cultivent avec joie le bonheur familial 

Laetitia Hervy 

Coach pour mamans 

virgule.png
Bébé dormant

Atelier .

Un bébé heureux & épanoui

dés les premiers jours 

bottom of page