top of page

Mon enfant me tape, que faire?

Votre enfant vous tape, mord, ou encore il a des paroles dures du style "Je ne t'aime plus" ou pour les plus grand "Tu es con" .

Vous trouvez ce comportement inacceptable, vous ne pouvez pas tolérer ceci et il vous est difficile de rester sans réaction. Vous en arrivez à le sermonner, peut-être avoir des gestes brusques à son égard, ou des mots difficiles de style "Tu es méchant !"






Pourquoi l'enfant tape?

Un enfant ne fait pas ce geste dans le but de faire mal, il expérimente ou encore teste ses pouvoirs. Parfois les enfants vers 2 ans tapent ou mordent dans le but de repousser "l'obstacle", la personne qui gêne, tout cela sans méchanceté également. De part leur immaturité cérébrale, ils n'ont pas encore la capacité de poser leurs limites avec des mots. Grâce à votre accompagnement bienveillant, il va apprendre à remplacer ces gestes par des mots adaptés.


Ces gestes sont fait avec une vraie volonté de vous "provoquer", de vous dire quelque chose:

  • Il cherche peut-être votre attention

  • Il veut peut-être vous dire quelque chose qu'il n'arrive pas à dire avec des mots

  • Il a peut-être été spectateur ou acteur de ces gestes ou mots, et il a besoin d'aide pour décharger ce qu'il a vécu.

Que se passe t-il du côté des parents?

Les réactions de stress

Même s'il s'agit de votre enfant, vous vous sentez attaqué. C'est tout à fait normal de ressentir cela. Il s'agit de réaction automatique de votre cerveau primitif. Vous allez avoir des réactions de stress qui s'enclenchent dans votre cerveau: attaque, fuite, figement


Les mémoires passées

Votre enfant vous tape, vous insulte, vous dit que vous êtes bête.... peut-être avez-vous vécu ou entendu ces mots durant votre enfance, votre scolarité, cela vous touche et réactive ces moments difficiles.

Il peut être parfois difficile d'avancer sur le chemin de la parentalité, car certains comportements réactivent des mémoires passées.

Vous souhaitez faire différemment de vos parents, cependant il sera important de faire un travail sur vous-même pour prendre conscience de ces automatismes et "nettoyer" tout ce que notre cerveau a emmagasiné.



Comment accompagner son enfant?

S'apaiser pour accompagner

La première chose que vous devez faire, c'est calmer vos réactions de stress dès les premiers signaux pour éviter de réagir en retour (gestes brusques, mots difficiles) et de pouvoir accompagner votre enfant à s'exprimer autrement que par des gestes ou ces mots

  • Respirer profondément

  • Boire un verre d'eau

  • Secouer les bras comme si vous imaginiez que vous déposez les tensions de votre corps au sol, à la terre

L'écoute des émotions

"Tu sembles en colère" "Tu as l'air contrarié"... En formulant ce qui se cache derrière ce geste, votre enfant se sentira compris, entendu. Il se sentira alors apaisé.

Le contact peut également l'aider à se calmer. S'il le souhaite vous pouvez le prendre dans les bras ou tout au moins poser une main sur lui ou bien le regarder dans les yeux avec un regard aimant.

Dans ce moment d'écoute, nous apportons compréhension et attention sans rapport de force.


Quand je donne une conférence sur les émotions des enfants et que j'invite les parents à écouter les enfants, il y a souvent une personne dans la salle qui s'insurge "mais on ne peut pas tolérer n'importe quoi !" Comme si les mots écouter et tolérer allaient de pair. Écouter les besoins des enfants reviendrait à tolérer tous leurs comportements, tous leurs excès. C'est exactement le contraire. L'écoute tend davantage vers la tolérance 0. Tolérer un comportement, revient à ne pas l'écouter et donc à ne pas y répondre ! L'intention du comportement n'est pas entendue. Développer la tolérance au sens de modifier nos seuils sensoriels, oui. Mais stop à la tolérance qui n'écoute pas les besoins. » Isabelle Filliozat – Les autres et moi

Rappeler les règles

Votre enfant a le droit d'être en colère, et il n'a pas le droit de s'exprimer de manière violente. Les émotions sont acceptables, le comportement ne l'est pas toujours. "Cela me fait mal quand on me mord, on me tape, j'entends des mots désagréables..."


Derrière ce comportement, votre enfant cherche à provoquer l'attention, à vous dire quelque chose ou qu'il a besoin de vous. Vous pouvez traduire ce geste par "papa, maman, j'ai besoin de toi" pour vous aider à garder votre calme et être en capacité de l'accompagner à s'exprimer autrement.


La phrase magique

Pour m'aider à le guider vers des réactions plus adaptées, je dégoupille ma phrase magique. Elle me permet aussi de ne pas vriller et de rester focus sur mon enfant

"Que veulent dire tes mains que tu n'arrives pas à dire avec des mots?"


Vous allez permettre à votre enfant de réfléchir à une autre manière de faire. A force de répétitions (eh, oui ce n'est pas magique) et d'accompagnement, il pourra changer sa manière de communiquer. Vous pouvez le guider en lui faisant des propositions par rapport à ce que vous percevez dans ses ressentis et besoins

"J'ai l'impression que tu es fatigué, j'ai le sentiment que tu n'as pas envie d'aller au bain, que tu aimerais jouer avec moi..."




4 étapes pour l'accompagner et l'aider à changer de comportement

  1. J'apaise mon état de stress intérieur

  2. Je comprends ce qu'il ressent

  3. Je rappelle le règles

  4. Je guide vers une reformulation


Comment accompagner quand il agit par imitation?

Il a vu un copain se faire taper, il a été traité de "con"... Ces scènes l'ont profondément touché, il ressent une intense tension à l'intérieur de son corps, et cherche à évacuer ces moments difficiles. En rejouant cette scène, il cherche à surmonter cet incident traumatique.


La fillette ne joue pas au docteur pour s'amuser (ce qui n'empêche pas qu'elle s'amuse) mais dans un but précis: revivre l'épisode pénible en laissant cette fois libre cours aux émotions de peur - probablement par le rire. Voilà pourquoi les enfants jouent à ce type de jeux encore et encore sans jamais se lasser. Lawrence Cohen - Qui veut jouer avec moi?

Dans son livre "une nouvelle autorité sans punition ni fessée", Catherine Dumonteil Kremer explique que sa fille avait subi la "période morsure" d'un autre bambin, et quelques jours plus tard, malgré sa "surveillance rapprochée", parce qu'elle savait que cela allait arriver, sa fille a mordu un autre enfant.

Dans ce cas là, elle recommande le même processus d'accompagnement

  • Expliquer de nouveau à l'enfant que les morsures font mal

  • Ecouter l'enfant "Montre moi, oh elle t'a fait mal"

  • S'excuser auprès de l'enfant mordu et poser les mots sur le besoin de l'enfant (Qu'est ce que l'enfant voulait dire avec sa morsure "Je veux ce jouet, je ne veux pas te prêter)

  • Et se consacrer également aux sentiments des parents


Grace à la compréhension et à l'affection, l'enfant se sentira en confiance. Il apprend, il imite et au fil du temps les colères vont diminuer.


Plus le parent est dur, rigide, non compréhensif, plus l'enfant ressent de la colère contre le parent. Il peut devenir réellement agressif. Il va faire subir aux autres ce qu'il a subi, c'est-à-dire les dominer, les soumettre par la force, l'humiliation. La provocation devient sa manière d'être et sa façon d'attirer l'attention et l'affection du parent. Catherine Gueguen – Pour une enfance heureuse

Pour aller plus loin et en découvrir plus sur les émotions de votre enfant, je vous recommande le guide numérique "Petite et grosse colère de votre enfant"


Cet article vous a plu? Pensez à l'enregistrer sur Pinterest





1 194 vues0 commentaire

Comments


Laetitita.Initiation062.jpg

J'aide les mères (dépassées) à retrouver de la légèreté dans leur quotidien et de la confiance dans leur rôle de maman. 
Libérée de l'épuisement, de la culpabilité et de la perfection, elles cultivent avec joie le bonheur familial 

Laetitia Hervy 

Coach pour mamans 

virgule.png
Bébé dormant

Atelier .

Un bébé heureux & épanoui

dés les premiers jours 

bottom of page