top of page

6 bases de la parentalité bienveillante

Quand on pense parentalité bienveillante, on se dit souvent que c'est: ne pas crier, ne pas punir, ne pas pas exercer de violences éducatives sur son enfant, écouter les besoins de son enfant...

De nombreux auteurs, psychologues, "experts" de la petite enfance n'ont pas compris tous les bases de l'éducation bienveillante et peuvent rester bloqués dans leurs croyances ou bien dans l'image qu'ils ont de l'enfant par rapport à leur propre éducation et comment ils ont éduqué leur enfant.

On peut lire ou entendre des propos de ce style " Il est bien connu qu'une punition parentale s'apparente, pour tous les enfants, à une preuve d'amour." Il y a de quoi douter, se poser des question et se demandait mais c'est quoi exactement la parentalité bienveillante.




Ce n'est pas être laxiste

Très (trop) souvent le fait de ne pas crier, punir, donner des fessées sont considérés comme laisser tout faire à son enfant.

Quand on parle de parentalité bienveillante beaucoup de personnes pense à "enfant roi", "éducation permissive". "Pas de fessée" serait donc synonyme de "pas d'éducation"?

Avec la parentalité bienveillante, vos limites et vos règles seront les mêmes, mais votre façon de communiquer sera différente. La fessée et les punitions seront remplacées par de l'écoute, de l'échange, de la réparation de "bêtises"... La parole douce remplacera la dureté des mains ou des mots.


Être bienveillant, c'est dire les choses de façon respectueuse pour ainsi apporter confiance en soi, autonomie... Oui, il est possible de remplacer la fessée et les punitions par de la communication. Oui, l'enfant aura des limites.



Des outils qui ne sont pas magiques

La pratique de la communication non violente demande quelques apprentissages, comme la connaissance d'une nouvelle langue. Devenir bilingue CNV ne se fait pas du jour au lendemain, laissez-vous du temps de maîtriser les outils de cette nouvelle langue.

La communication non violente est un langage qui réclame de notre part la capacité à nous exprimer à tout moment à partir de notre coeur Marshall B. Rosenberg

Remplacer les habitudes peut s'avérer compliqué et sans connaissance des techniques sur la communication non violente, vous aurez beaucoup plus de difficultés pour accompagner au mieux votre enfant.


Elle n'empêche pas les crises ou frustrations

Ce n'est pas parce que vous avez choisi d'éduquer votre enfant en pratiquant la parentalité bienveillante que tout va rouler, les deux doigts dans le nez.


On pense souvent qu'en étant à l'écoute des besoins de l'enfant et en lui donnant des outils pour la gestion des émotions, il pourra s'exprimer avec plus d'aisance. Là, vous vous mettez le doigt dans l'œil 😉 Il lui faut du du temps pour s'approprier les outils et il faut aussi prendre conscience de son immaturité cérébrale.


Autre point, c'est parce que vous êtes à son écoute qu'il va oser exprimer ses émotions. C'est donc carrément plus intense. Un enfant qui se tait, c'est un enfant qui n'a pas la possibilité de vivre ses émotions, a qui on a mis un couvercle dans ce qu'il peut exprimer.

C'est costaud, ça prend du temps mais à force d'accompagnement et de répétitions, votre enfant pourra vivre ses émotions avec plus de douceur.


Il faut se connaître soi même

Comment écouter son enfant si vous ne vous connaissez pas vous même? Comment accompagner ses colères, ses tristesses, ses frustrations... si vous n'avez pas à "gérer" vos propres émotions?

Prenez le temps de comprendre ce qui se passe en vous pour ainsi accompagner au mieux votre enfant dans ses propres émotions et sentiments.


La CNV nous donne des clés pour descendre plus profondément en nous-mêmes et découvrir ce qui est vivant et vital en nous. Elle nous enseigne que tous nos actes sont l'expression de besoins que nous cherchons à satisfaire, comme tous les autres êtres humains. Elle nous apprend à développer un vocabulaire des sentiments et des besoins qui aide à exprimer plus clairement ce qui se passe en nous à chaque instant. Marshall B. Rosenberg



Prendre soin de soi

Comment pouvez-vous prendre soin des autres, de votre enfant, si vous ne prenez pas soin de vous?

"Je n'ai pas le temps!" Il n'est pas question de durée, il ne s'agit pas de profiter d'une soirée ou d'un week-end.

Prendre du temps pour soi, c'est tous les jours, à petites doses

Savez vous que 3 respirations profondes apportent énormément de bénéfices, seulement 3! Vous avez bien le temps de respirer profondément 3 fois, régulièrement dans la journée?

Savez-vous également que 20 minutes de méditation équivaut à 2h de sommeil récupérateur? 20 minutes pour vous pendant la sieste des enfants.

Ces petits moments pour vous, vous apporteront beaucoup d'énergie, de patience et une bonne capacité d'écoute et d'accompagnement.


Prendre le temps de vous régénérer, de vous détendre, de profiter du calme qui accompagne l’absence de cris, de disputes et de responsabilités parentales est ABSOLUMENT essentiel à votre équilibre personnel. Violaine GUERITAULT

Vulnérabilité et indulgence

L'angoisse de mal faire, commettre des erreurs... sont des sources de stress importantes et demandent donc énormément d'énergie.

Réduisez vos objectifs et visez des choses plus réalistes.

Accueillez les erreurs avec moins de culpabilité. Nous apprenons de nos erreurs et avec le temps nous prenons de plus en plus de confiance en nous.

Je dis souvent aux parents avec lesquels je travaille que c'est un véritable enfer que d'avoir des enfants et de croire qu'il existe des parents parfaits. Si, à chaque fois que nous sommes moins que parfaits, nous nous faisons des reproches, nos enfants n'en retireront aucun bénéfice. Je propose donc d'essayer non pas d'être des parents parfaits, mais de devenir des parents de moins en moins stupides, en tirant les enseignements nécessaires à chacune des occasions où nous arrivons pas à donner à nos enfants la compréhension dont ils ont besoin, où nous ne parvenons pas à nous exprimer avec honnêteté. Marshall B. Rosenberg

Ces bases sont pour moi les essentiels à comprendre concernant la parentalité bienveillante. Et si vous vous demandez si un conseil ou une pratique est bienveillante et respectueuses pour votre enfant, alors voici une méthode simple pour trouver la réponse. Posez-vous ces deux questions:

  • Est-ce que j'aimerais que l'on m'applique un tel traitement?

  • Cela me ferait-il avancer?

Cet article vous a plu? Pensez à l'enregistrer sur Pinterest pour le retrouver facilement.







Comments


Laetitita.Initiation062.jpg

J'aide les mères (dépassées) à retrouver de la légèreté dans leur quotidien et de la confiance dans leur rôle de maman. 
Libérée de l'épuisement, de la culpabilité et de la perfection, elles cultivent avec joie le bonheur familial 

Laetitia Hervy 

Coach pour mamans 

virgule.png
Bébé dormant

Atelier .

Un bébé heureux & épanoui

dés les premiers jours 

bottom of page