top of page

Comment communiquer avec amour dans son couple et sa famille?

Dernière mise à jour : 1 sept. 2022


« Entre Ce que je pense, Ce que je veux dire, Ce que je crois dire, Ce que je dis, Ce que vous avez envie d’entendre, Ce que vous croyez entendre, Ce que vous entendez, Ce que vous avez envie de comprendre, Ce que vous comprenez, Il y a dix possibilités qu’on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même… » Bernard Werber

Je crois que Bernard Werber a parfaitement résumé la complexité de la communication avec cette phrase.

Il peut-être très difficile de communiquer c'est-à-dire:

  • s'exprimer avec respect et bienveillance,

  • écouter avec amour et sans jugement...

C'est un exercice très complexe et cela commence dès le plus jeune âge. Voici donc, quelque clés pour mieux communiquer et montrer l'exemple à vos enfants, pour qu'ils puissent exprimer leurs pensées, leurs besoins et leurs envies de manière limpide et sans violence, et également qu'ils aient la capacité d'écouter l'autre, de comprendre leur vision et d'être en empathie.

La communication bienveillante n'est pas encore votre nouveau mode de langage. Acceptez vos erreurs avec amour et osez retraduire votre ancienne langue par la nouvelle quand vous constatez que vous vous êtes plantée.




Devenez l'archéologue de votre cœur

Dans la communication, les mots sont un peu comme une épée à double tranchant:

  • soit les mots sont purs, beaux et réchauffent le cœur,

  • soit, ils font mal comme des coups d'épée.

Cette épée c'est votre parole, elle est très puissante et peut agir soit en mode attaque, soit en mode caresse du cœur. Pour caresser le cœur de l'autre, il est important d'ouvrir le sien, d'oser parler de soi, de s'exprimer de manière authentique, ce qui demande à aller explorer son cœur, de jouer l'archéologue en soi-même. C'est à dire donner des coups de pioche, sains et nécessaires, dans son cœur pour aller à la découverte de ses moindres messages au lieu de donner ces coups de pioche, durs et désagréables, à l'autre, c'est à dire d'utiliser votre épée avec son tranchant blessant. En explorant ce qu'il se passe en vous, vous serez en pleine conscience de vous même pour illuminer 4 zones:


Observation

C'est à dire évaluer la situation, la décrire, sans aucun jugement, de manière totalement neutre.

Sentiments

Que ressentez-vous en vous? Découvrez votre intérieur comme on explore une grotte pour prendre conscience de chaque détail: les tensions dans votre corps, votre humeur, vos émotions... 

Besoins

Après cette phase d'exploration, vous constaterez que vous ressentez tout cela parce que vous avez des besoins qui ne sont pas pas assouvis. Qu'est ce qui vous manque? Quel est votre nécessité?

Demande

Osez exprimer ce que vous avez découvert lors de votre aventure intérieure et osez dire de quoi vous auriez besoin.

Personne ne peut deviner ce dont vous avez besoin. N'attendez pas que l'autre soit doté d'un don de médiumnité.

En vous concentrant sur vous, en explorant votre cœur, vous ne risquerez pas d'utiliser votre épée en attaquant l'autre.

Cette communication de cœur à cœur, vous permettra d'exercer une parentalité en conscience.

Une façon de communiquer qui n'est pas évidente surtout si on vous a appris à être dur comme un roc et à ne pas montrer vos émotions. Aujourd'hui, je vous invite à donner des coups de pioche dans votre cœur, cela peut faire peur, cependant, vous allez y découvrir des merveilles. Illuminez-vous. Ouvrez votre cœur. Osez parler de vous au lieu d'attaquer les autres. 


Le tu tue

Pour éviter de dire des choses blessantes à l'autre, je vous encourage à parler en commençant par le mot "Je" Peut-être avez-vous tendance à dire à votre enfant "Tu m'énerves, tu es fatiguant..." Le "Tu" va l'attaquer, c'est l'utilisation de l'épée avec le côté tranchant et blessant.


Le risque est de poser une étiquette à votre enfant, en effet, il risque de penser de lui, qu'il est un enfant énervant ou agaçant.

En prenant le temps de porter votre attention sur vote cœur et d'en être l'archéologue, vous prendrez conscience que ce n'est pas votre enfant qui vous énerve mais son comportement.

Il est donc important de dissocier les deux: votre enfant et son comportement.

La formulation deviendra "Je suis agacée par le bruit": Une affirmation neutre, qui parle de vous, n'ira pas attaquer votre enfant


Une demande n'est pas une exigence

Une des clés pour s'exprimer avec bienveillance et d'utiliser les principes de la communication non violente que nous venons de voir. 

Observation - Sentiments - Besoin - Demande 


Cependant, comme tous les outils de la parentalité dite positive, les bases de la communication non violente ne sont pas des formules magiques que l'on utiliserait pour transformer les choses comme on le souhaite.


La CNV nous offre des pistes de réflexions pour parler de soi, avec le cœur, sans attaquer l'autre.  Toutefois, il est important de se souvenir que dans un échange, il y a toujours deux personnes, moi et l'autre, et l'autre à également des sentiments, des besoins, des demandes. En effet, quand vous faites une demande, il s'agit là de VOTRE demande, par rapport à vous et vos besoins. Votre demande peut ne pas convenir à votre interlocuteur.

Il est donc important d'entendre ce que l'autre pourrait proposer pour trouver un équilibre dans les besoins de chacun.

C'est ce qu'on appelle la communication en mode gagnant - gagnant.

En faisant une demande et en s'attendant à ce que votre enfant fasse ce que vous lui demandez, il y aura un déséquilibre dans la communication. Vous agissez alors en mode gagnant - perdant. De plus, l'utilisation de CNV, avec l'objectif que votre enfant fasse que vous souhaitez, est pour moi associée à de la manipulation.

Même si vous utilisez vos mots du cœur, il manque la seconde partie de la communication à savoir écouter l'autre.


Votre enfant ne veut pas faire quelque chose et il en a le droit.

Écoutez-le, comprenez-le, accompagnez-le, reformulez, verbalisez. Il a besoin d’être entendu dans ses besoins et de construire des rapports d'égal à égal.


Ecouter n'est pas entendre, ni comprendre

Peut-être donnez-vous beaucoup d'informations à votre enfant pour que votre quotidien se passe bien: des règles, des ordres, des conseils...  Et finalement, il va faire tout le contraire de ce vous avez pu lui dire... Ce qui peut fortement vous agacer et je le comprend bien.

Dans cet amas d'informations, votre enfant peut être perdu, ou bien il n'a pas saisi toutes les informations.

Il vous a bien écouté, et il se peut qu'il n'ait pas bien compris ou tout enregistré dans son cerveau en pleine maturation.  Pour vérifier ce qu'à compris votre enfant, je vous encourage de lui demander de reformuler ce vous venez de dire: "Peux-tu me dire avec tes mots ce que tu as compris?" 

Une petite phrase simple qui vous permettra de savoir si vous devez refaire le point avec lui ou être plus précise.


La face cachée des mots

"Si l'homme a deux oreilles et une bouche, c'est pour écouter deux fois plus qu'il ne parle" Confucious

Un échange va dans deux sens: la parole et l'écoute.

Cependant, la partie écoute n'est pas toujours évidente. Peut-être que lorsque une personne parle vous cherchez en même temps ce que vous allez lui répondre, jusqu'à, couper la parole pour donner des conseils (non demandés), parler de vous, chercher à convaincre...


Il est très difficile de ne rien dire et juste d'écouter avec le cœur. Le silence peut être dérangeant pour certaines personnes: un calme pesant, troublant, inquiétant. Et vous souhaitez rompre ce vide.

Or, le silence permet de s'exprimer dans un climat de confiance. Être écouté, sans être jugé, interrompu...


Être écouté en silence, permet de cheminer dans la réflexion personnelle, aller au bout de ce que l'on veut dire, trouver la solution en soi-même, voire d'être soulagé, vidé du "poids de ses inquiétudes". L'écoute a une place importante dans la parentalité et avec vos enfants.

Derrière des mots, il y a souvent un message et en prenant le temps d'écouter ce message, vous allez pouvoir accompagner votre enfant. Je me souviens, de mon fils aîné, il y a quelques années m'avait dit "J'ai pas envie de faire mes devoirs". Naturellement, j'aurais pu lui dire que c'est obligé, qu'il n'a pas le choix. Cependant, j'ai choisi de me mettre en lien avec lui, de comprendre ce que voulait dire ces mots. "La journée d'école semble avoir été dure pour toi". Il a senti cette autorisation de parler. Comme une porte qui s'ouvre. Celle de mon cœur et mes oreilles pour accueillir ses mots et émotions. Il m'a alors expliqué qu'il a du changer de place pour cause de bavardage et qu'il était déçu de ne plus être à côté de son ami. Après ce temps d'écoute, il a pu trouver lui même des solutions et reprendre confiance en lui, et faire ses devoirs. Derrière des mots ou un comportement dit difficile, votre enfant cherche à vous dire quelque chose. Prenez le temps de vous demander "Qu'est ce que mon enfant cherche à me dire?" Vous pouvez reformuler ce qu'il exprime pour être en lien avec lui et inviter à l'échange, lui dire que la porte de votre cœur est ouverte pour l'écouter. 


Un rituel pour être plus fort que les mots blessants

Les paroles peuvent blesser et faire mal. Votre enfant peut vivre ces difficultés, alors voici un rituel, que vous pouvez faire le soir au moment du coucher, pour l'aider à guérir de cette blessure et qu'il en ressort plus fort. 

  • Demandez lui de vous partager les phrases ou commentaires qu'il a reçu dans la journée: des choses agréables et des choses moins agréables 

  • Qu'est ce que cela a provoqué en lui? (ressentis, émotions)

  • Proposez lui d'imaginer ce qu'il aurez aimé entendre ( cette étape permet de focaliser sur les points positifs de la situation)

Un exercice qui permettra à votre enfant de gagner en confiance, et que je vous encouragera vivement à faire vous même.

Les conseils de famille pour apprendre à parler et à écouter

Apprendre à écouter et s'exprimer devant les autres est un exercice loin d'être évident.  Pour entraîner votre enfant à cela, vous pouvez proposer des conseils de famille. Il s'agit de moment en famille où chaque personne pourra s'exprimer librement et être écouté avec amour et respect durant tout son temps de parole.  Un objet symbolise le temps de parole (un doudou, un bâton, un coussin, une pierre...), quand cette personne a cet objet entre les mains, c'est son temps de parole. Elle pourra s'exprimer librement, sans être jugé ou interrompu. Les autres l'écouteront et pourront intervenir en prenant à leur tour l'objet quand il sera déposé. Durant ces conseils de famille, vous pouvez parler de toutes les sujets. Vous pouvez également aborder des problématiques et ainsi désamorcer les conflits pour trouver ensemble une solution pour les régler. 

Pour les plus petits, vous pouvez faire des prémices aux conseils de famille. Ne cherchez pas à régler un problème, seulement à faire l'apprentissage de la prise de parole et de l'écoute.  Vous pouvez prendre un livre comme support et en discuter ensuite ensemble. "Qu'as tu pensé de cette histoire? Est-ce que tu as déjà ressenti la même chose?"... Une sorte de cercle de parole et de partage. 


Développer l'empathie

Pas évident d'exercer de l'empathie quand l'autre n'est pas en accord avec nous.  Pour cela, je vous invite à prendre un peu de recul et imaginer chaque personne sur un chemin, son chemin de vie. Vous êtes sur un chemin, et l'autre sur un autre. Nous avons chacun un chemin différent car nous sommes tous uniques.  Chaque humain est au commande de sa vie sur ce chemin. Le chemin que vous prenez englobe vos valeurs, vos transmissions, vos blessures d'enfance, vos apprentissages, vos expériences. C'est pourquoi votre chemin est unique. 

En cherchant à convaincre l'autre de venir sur votre chemin, vous allez comme tirer son volant. Il ne maîtrise plus rien du tout et cela peut l'agacer. Il peut se sentir blessé, non respecté, pas écouté. Il peut même aller jusqu'à tirer le volant du coté opposé pour être de nouveau maître de son propre pouvoir.  Bref... convaincre l'autre est un échec!  Ne vous épuisez pas à argumenter, à justifier, à démontrer... L'autre est sur son chemin et il y est bien.  Cependant, vous pouvez peut être aller voir ce qu'il voit, pour mieux le comprendre et trouver un chemin commun ensemble.  Aller voir son chemin ne veut pas dire approuver ses arguments ou sa façon de voir, c'est le comprendre, l'entendre, le respecter dans qui il est, c'est être en empathie. 


Par exemple, dans un couple parental, il peut y avoir deux chemins différents et donc des conflits: un peut aller sur le chemin de la punition et l'autre sur le chemin de la bienveillance. Chacun voudra embarquer l'autre sur son chemin et il risque de s'épuiser à le tirer de force, l'autre va se sentir non respecté et va lutter contre cette force.  En comprenant pourquoi l'autre choisi de punir? quels sont ses besoins? ses attentes? A-t-il testé d'autres choses? comment cela s'est passée? Vous allez mieux comprendre son point de vue et ainsi expliquer le votre et vous engagez à trouver un chemin commun pour avancer ensemble. 



La communication est une base dans la parentalité en conscience. En vous exprimant avec amour et respect, vous enseignerez à votre enfant ce langage de l'amour.  Un bel exercice familial 




Cet article vous a plu? Pensez à l'épingler sur Pinterest







47 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Laetitita.Initiation062.jpg

J'aide les mères (dépassées) à retrouver de la légèreté dans leur quotidien et de la confiance dans leur rôle de maman. 
Libérée de l'épuisement, de la culpabilité et de la perfection, elles cultivent avec joie le bonheur familial 

Laetitia Hervy 

Coach pour mamans 

virgule.png
Bébé dormant

Atelier .

Un bébé heureux & épanoui

dés les premiers jours